Steve Berry : The Amber Room

The Amber Room : La couverture

The Amber Room par Steve Berry

Autre Steve Berry  The Amber Room est certainement un des premiers romans qu’il ait écrit. Il fait partie de ceux que j’ai du lire en Anglais car non encore traduits.
Toutefois, depuis que je l’ai lu, ce livre a été traduit. Il est donc publié en Français sous le titre : « Le musée perdu ».
Il plante le décor des livres suivants autour des enquêtes liées aux antiquités. Des références à ce livre sont d’ailleurs présentes dans le dernier ouvrage de Berry.
L’auteur y présente une facette de l’histoire que je connais peu et qui tourne autour de l’histoire de la Russie et de la campagne militaire des nazis lors de la deuxième guerre mondiale.

Le synopsis

Le sujet principal « La chambre d’ambre » est une somptueuse pièce dont les murs étaient intégralement recouvert d’ambre. Elle a disparu au cours de ce conflit pour être préservée des envahisseurs.

Vous pouvez en trouver une image ci-dessous.

The Amber Room in the Catherine Palace in 1917

The Amber Room in the Catherine Palace in 1917

The Amber Room narre une course poursuite pour retrouver les morceaux d’ambre qui tapissaient la pièce. En partant de la mort d’un vieil homme, ancien prisonnier des nazis, l’enquête se base sur les  indices laissés par les divers intervenants lors de la seconde guerre mondiale.
La fille du vieil homme est alors opposée à d’authentiques chasseurs de trésors.  Chasseurs qui travaillent pour les membres d’un club de collectionneurs. D’ailleurs ces derniers ne reculent devant rien pour l’acquisition des pièces de leur collection.
Ainsi la mort ne sera pas un obstacle lorsqu’il sera nécessaire de faire avancer la recherche ou de masquer les indices aux concurrents.

Mon avis.

Steve Berry, dans ce livre, ajoute une touche de sexe, que l’on n’a ensuite plus retrouvée dans les romans suivants centrés autour de Cotton Malone.
Vous l’aurez donc compris point de Cotton dans cette histoire. Une nouvelle héroïne et son mari que, pour l’instant, on ne retrouve dans aucun des autres ouvrages de cet auteur.
Ayant lu ce roman en anglais entre The Charlemagne Pursuit et The Romanov prophecy, j’ai apprécié la simplicité de l’écriture. Mais ce qui est un avantage lorsqu’on lit dans une langue étrangère peut se révéler décevant dans sa propre langue.

L’histoire est intéressante. Par ailleurs, le fait de voir dans le dernier opus (The Paris Vendetta) qu’il est fait allusion aux personnages ou actes de ce roman montre la pensée continue que l’auteur développe lors de l’écriture.
Il m’a semblé que les passages un peu « croustillants » du livre n’apporte rien de plus à l’intérêt de l’histoire, mais cela n’engage que moi. Toutefois le fait que dans les divers ouvrages suivants on retrouve pas ce type de passage laisse à penser que peut être l’auteur s’est fait la même réflexion.

Ce livre s’est donc révélé être un bon thriller. Il applique les bonnes recettes du genre et procure un bon moment de lecture. C’est un complément intéressant au cœur de l’œuvre de Steve Berry : les aventures de Cotton Malone.

(vu 481 fois)

vincent

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.