Nov 262017
 

Icone Carddav ServerCarddav c’est quoi et pourquoi s’en servir ?

Si l’on se réfère à la définition de wikipédiaCardDav est un protocole sur le modèle client/serveur pour gérer un carnet d’adresses. Il a été conçu pour stocker et partager les données des contacts sur un serveur.

Héberger ses contacts et les partager soi-même.

Souvent confrontés à des amis, de la famille voulant changer téléphone ou tablettes, on me demande comment basculer les contacts d’un téléphone ancien vers le flambant neuf. 
Faut il passer par la carte SIM ? Faut il les envoyer en Bluetooth ? J’ai même participé à un atelier Orange (l’opérateur pas le fruit ni la couleur) pour déterminer quel était le meilleur outil de transition d’un téléphone à l’autre.

Ma réponse est toujours la même : Utilisons le Cloud afin de ne plus jamais devoir se poser cette question. Utilisons le cloud pour ne pas craindre la perte des contacts en cas de bris, de vol ou de perte.
Le retour est très souvent identique également : Le cloud, je ne partage pas mes données personnelles avec tout le monde ??? et c’est quoi ?? Comment on fait ???

Le cloud : Ce n’est pas forcément si loin

Alors on peut profiter des clouds les plus connus et y stocker ses contacts. Certains sont plus spécialisés dans un système que d’autre (par ex iCloud devient délicat lorsque l’on switche d’iOS vers Android). Google fait cela très bien, d’autres le font également. Mais pour quelqu’un qui a un peu d’appétence à la tech et … un peu d’équipement à la maison, il y a d’autres solutions.

Pour moi le cloud est effectivement en hauteur… au 1er étage (bon d’accord elle est vraiment nulle !)

Je suis équipé d’un NAS Synology (Deux en fait un DS209 et un DS414), je me suis donc penché sur les différentes solutions possibles pour mieux utiliser ce NAS qui permet de faire bien plus que stocker des données et les sécuriser. 

Pour garantir l’avenir : Rien ne vaut les standards et carddav en est un

Je suis passé trop souvent d’une marque à l’autre, d’un système à l’autre pour ne pas me souvenir des affres de la migration, de la perte de données à chaque changement, pour ne pas anticiper les changements futurs. En fait, avant même d’envisager les changements, j’ai une multiplication d’outils (Perso et Pros) qui m’amènent à devoir effectuer des choix éligibles à plusieurs outils.

Android et iOS (oui un smartphone perso et un smartphone pro, une tablette perso, une tablette pro), Windows 10, MAcOs, Linux …. : C’est la grande cohabitation.

En cherchant bien, il m’a semblé que CARDDAV était la norme la plus présente, la plus efficace pour stocker des contacts.

Synology et Carddav

Au fil des versions de DSM, j’ai cherché les solutions implantables sur le NAS pour mettre en place CARDDAV. De Baikal au début pour ensuite rester assez longtemps sur Owncloud.
Finalement pourquoi changer ? 

Baikal : Plutôt une bonne solution, robuste, simple mais j’ai été assez vite déstabilisé par le fait que la solution ne propose pas d’IHM. Ladite IHM aurait permis de modifier directement les contacts. Ce n’est finalement pas si grave, car il suffit de synchroniser (via Carddav) avec d’autres outils.  Pour installer Baikal, à l’époque, je m’étais appuyé sur plusieurs articles que je vous référence ci-dessous.

Je suis alors passé à Owncloud, installé plus facilement car disponible sous la forme d’un paquet Synology. Owncloud a très bien fonctionné pendant plusieurs mois, et continue d’ailleurs de bien fonctionner. c’est une solution robuste, souvent mise à jour. Seulement deux problèmes m’ont amené à nouveau à rechercher une autre solution.

  • J’utilisais Owncloud comme support des contacts pour mes téléphones et s’il y a une chose que j’aime, c’est de disposer de la photo de mes contacts les plus proches. Or un bug récurrent et donc jamais corrigé (pour l’instant du moins) fait qu’à chaque fois que je modifiais un contact sur le smartphone, envolée la photo du contact.
  • Et aussi parce que … utiliser owncloud pour une centaine de contacts et un agenda … c’est un peu utiliser un bazooka pour tuer le moustique.

Je me suis donc remis en quête d’une autre solution pour héberger du CARDDAV sur mon NAS, et je me suis rendu compte qu’au fil des évolutions de DSM, Synology avait fait le job et implémenté Carddav (et Caldav deux fois) dans son système.
J’ai donc testé la mise en oeuvre native de carddav, à travers les paquets mis à disposition par Synology.

Quelques pré-requis pour pouvoir utiliser après la mise en oeuvre de carddav

Pour que cette mise en oeuvre soit utile et serve donc à quelque chose, il faut être capable de synchroniser les différents devices avec nos contacts. Pour ce faire, il faudra surement installer des outils intermédiaires sur certains d’entre eux, des plugins sur d’autres. Nous pourrons d’ailleurs graduer notre niveau de souplesse dans les synchronisations en choisissant la capacité à effectuer ces synchronisations uniquement à domicile ou à les permettre en mobilité.

  • Android : Utilisation de l’outil de synchronisation DAVDROID
  • Thunderbird : Utilisation du connecteur SOGO
  • Pour une synchronisation externe : La capacité à accéder au serveur carddav depuis l’extérieur (Article à venir)
Comment installer carddav sur le NAS ?

C’est finalement assez simple. Dans le centre de paquets de DSM, trouvez le paquet CARDAV SERVER (il se trouve dans la partie « utilitaires ».
Lancer l’installation (il doit y avoir des pré-requis, il me semble qu’il faut le paquet Python, mais DSM vous l’indiquera).

Une fois le paquet installé, il faut juste le configurer.
L’accès au serveur se fait via le menu général de DSM et on trouve assez vite l’icône d’accès.

Icone de carddav server dans le menu DSM

 

Un clic sur Carddav Server nous amène ensuite directement sur la page de configuration. Elle est composée, en fait, de deux onglets.
Le premier correspond véritablement à la configuration très simple : Il faut choisir d’activer ou non HTTPS puis indiquer les ports écoutés par le serveur en HTTP et en HTTPS

Carddav server : La configuration des ports

Configuration de Carddav Server

Il est possible de forcer la redirection HTTP vers HTTPS, et bien sur de choisir les ports retenus.
Rien de plus pour configurer le serveur. Par contre il faut ensuite aller remplir le carnet d’adresse.
Pour ce faire, un petit clic sur l’onglet … Carnet d’adresse, nous permet de choisir le répertoire à gérer. En effet Carddav Server permet d’en créer un par utilisateur du NAS. Une fois l’utilisateur choisi, le carnet d’adresse s’ouvre et il est alors possible soit d’ajouter manuellement des contacts, soit de les importer.

Carddav Server : Ecran de saisie du carnet d'adresse

Et voila, nous disposons maintenant d’un serveur nous permettant de stocker nos contacts, dans un cloud accessible et auto-hébergé. Ce carnet d’adresse va nous permettre de modifier directement les contacts (pas intégralement, les photos par exemple ne sont pas visibles dans l’IHM même si elles sont bien stockées et prises en compte).

Il nous faut maintenant voir comment accéder à ce serveur carddav depuis les différents devices … mais ce sera l’objet d’un autre article.

Attention toutefois, si vous hébergez vos contacts sur votre propre serveur, il vous appartient de bien mettre en place la politique de sauvegarde dudit serveur.

(vu 14 fois)




Vous pourriez être intéressé par :

  Une réponse sur “Carddav : Héberger ses contacts”

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)