Les implexes nous laissent parfois perplexes

Implexes et organisation des dossiers
Implexes et organisation de nos fichiers
Image parGerd Altmann de Pixabay

Comme à peu prés tous les généalogistes, j’ai fini par trouver des implexes. Peut être étais je un peu naïf, mais je pensais trouver des implexes uniquement dans mon ascendance directe. Ce qui fut effectivement le cas, assez rapidement.

Ce qui m’a laissé perplexe, c’est de trouver ces implexes entre mon ascendance paternelle et l’ascendance maternelle de ma conjointe. En effet, au premier abord, nos deux familles ne sont pas tout à fait issues de la même région.

Je ne les ai d’ailleurs pas vus tout de suite. Je vais vous dire pourquoi et ce que cela a impliqué comme modification sur mon organisation généalogique.

Au fait c’est quoi un implexe ?

L’implexe, avec son nom barbare, est tout d’abord l’un de nos ancêtres. Ancêtre, qui présente la particularité d’apparaître plusieurs fois dans un arbre généalogique.


Un peu de mathématiques pour ne plus avoir de doutes :
Considérons :
– Une génération dure 25 ans
– Un individu né autour des années 1980
Si nous remontons au moyen age, cet individu devrait avoir environ 2 milliards d’individus vivants comme ancêtres autour de l’an 1200.
Soit environ deux fois la population mondiale de l’époque. Ce qui implique forcément que parmi les générations qui séparent cet individu des ancêtres du moyen age, certains apparaissent plusieurs fois dans l’ascendance.
Ces apparitions multiples peuvent être proches : Deux cousins mariés ensemble partagent les mêmes grands parents et donc rapidement on divise par deux les lignées d’ancêtres.


Mais cela peut aussi être beaucoup plus ancien, en ce qui me concerne un ancêtre de 1700 a eu deux enfants qui plus de 300 après ont donné un couple. J’en ferais un jour un article dédié.

Mon organisation historique.

J’ai commencé la généalogie, il y a fort longtemps. A cette époque, on vous donnait les registres papiers dans les salles de lecture. A cette époque, Internet et les logiciels de généalogie étaient encore un concept.
En démarrant, le choix a été fait de creuser la partie locale de l’ascendance donc l’ascendance maternelle. Les résultats des recherches étant alors « sauvegardés » … sur du papier :-).
Une ascendance = une chemise + des feuilles : Quelle organisation !

Puis est arrivé le temps d’ouvrir la branche paternelle. Finalement une adaptation de l’organisation plutôt simple : J’ai pris une autre chemise pour y mettre d’autres feuilles.

Après une pause, la reprise de la généalogie.

Plusieurs occupations dans ma vie ont à ce moment provoqué une pause des recherches. Lorsque je m’y suis remis, on ne donnait plus de registres mais des bobines de microfilms. J’ai commencé à m’intéresser aux logiciels et Internet était arrivé. Toutes les semaines, je recherchais avant tout la date de mise en ligne des archives départementales.
Pour chaque logiciel que j’ai testé, la pratique a été la même. Je reprenais la chemise d’une ascendance et en avant la saisie.
Je n’ai pas testé des dizaines de logiciels, mais après Gramps j’ai fini par choisir Hérédis. Si je ne ressaisissais plus, (merci Gedcom) la structure de mes fichiers est resté calquée sur mes chemises.
Et j’ai fini par ouvrir un nouveau fichier pour l’ascendance maternelle de ma conjointe et un autre pour l’ascendance paternelle.

Comment ne pas détecter les implexes ?

La structuration ou l’organisation des données choisie finit par avoir un impact sur la façon dont notre cerveau voit et assimile. Lors de la première survenance d’implexes, j’ai bien reconnu le nom !
Et j’ai cherché plusieurs fois dans tous mes documents … concernant l’ascendance en cours d’étude. Il ne m’est jamais venu à l’idée de rechercher dans une autre branche. C’est seulement quelques semaines plus tard, en reprenant les recherches sur l’autre ascendance que j’ai fait le lien.
J’ai donc commencé à inclure dans mes deux fichiers les ascendants de ces implexes. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Arrive le souhait de partager mes résultats

C’est à ce moment, et après avoir fait quelques trouvailles me permettant de débloquer quelques recherches, que j’aie eu envie de renvoyer la pareille et donc de partager sur Internet.
Naturellement, je me suis penché sur Généanet, site où j’avais trouvé plusieurs informations aidant au déblocage. Généanet ne propose pas de mettre en ligne plusieurs arbres par compte. (Certes j’ai un peu pesté ou ralé 😉 ), j’ai donc du ajouter les ascendances gedcom par gedcom et passer du temps à recréer la descendance des origines de chaque fichier (soit ma conjointe, mes enfants et moi même) manuellement dans Généanet.
La manoeuvre était à répéter à chaque mise à jour.
Au delà de cette recréation manuelle pour fusionner les branches, j’avais toute l’ascendance des implexes en doublons dans l’arbre.

Que faire de ces implexes ?

En reprenant récemment certaines branches pour vérifier et compléter mes informations, je me suis penché sur la cette vision des implexes. Il me manquait quelques actes que je suis allé trouvé sur les sites des archives. Puis j’ai regardé l’autre ascendance et je me suis rendu compte que j’allais faire deux fois le travail de saisie.
C’est à cet instant que je me suis demandé : Mais comment font les autres ?
Quelques recherches sur les moteurs n’ayant rien donné, je me suis tourné vers le groupe Généalogie d’un fameux réseau social.
En quelques heures j’avais plusieurs réponses (toutes convergentes) me rappelant que les implexes existaient et m’invitant fortement à fusionner mes fichiers pour ne plus en avoir qu’un seul. Dont Acte !

Fusion, Implexes : comment procéder ?

C’est finalement assez simple sur Héredis (2019) pour fusionner les fichiers. Il suffit de faire le choix importer depuis le menu « Fichier », de choisir Fichier Hérédis (ou gedcom), valider le choix continuer et choisir le fichier à importer.
Ensuite dans le menu Recherche, faire rechercher les doublons et on voit assez facilement la branche en double. Il suffit alors de fusionner les individus en conservant le maximum de données.

L’ensemble de l’opération est assez rapide, pour mes 4 fichiers (petits) j’ai mis moins d’une heure pour tout faire (environ 4000 individus dans le fichier fusionné).
Par contre toujours mener cette opération sur une copie de vos fichiers et en ayant une sauvegarde … il n’y a pas moyen d’annuler l’opération.

(vu 1 fois)

vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.