Yolet l’avant dernière étape du Challenge

Yolet

Yolet – Cantal

A nous potée, tripoux et truffade, je vous emmène à nouveau dans le Cantal. Pour cette avant dernière étape du challengeAZ, nous voici dans la vallée de la Cère, à l’est d’Aurillac. Cette fois-ci, c’est la commune de Yolet qui nous accueille.
C’est 646 km de plus qui viennent s’ajouter à notre compteur !

Vous reprendrez bien un peu de fromage ?
Saint Nectaire ou Cantal avant votre Fougnarde ?

Carte de Yolet
Carte produite avec Umap et OpenstreetMap
Quelques lignes sur l’histoire de Yolet

L’étymologie d’Yolet, qui se prononce en patois Biouët, vient du mot latin Bos, Bovis, au pluriel Boves, à cause de la grande quantité des animaux qui vivent dans ces herbages. Pour exemple, en 1857, alors que l’on recense 610 habitants, le bétail représente lui plus de 1 500 têtes.

Des titres anciens font remonter l’établissement de la première église de cette paroisse, à l’année 1069. Le bâtiment actuel, plus moderne, indique exactement sa date, par une bordure ogivale, dont le style est du XIV° siècle, et qui se trouve placée au-dessus de l’arceau d’une chapelle récemment remaniée.

Le fief d’Yolet appartint successivement à plusieurs familles puissantes, parmi lesquelles nous citerons les Montai et les Malras. En 1570, Jean, fils de Hugues Malras, trésorier de France, et de Catherine de Giou, prit une part active aux guerres religieuses d’Auvergne. Plus tard , il combattit vaillamment à Ivry , et Henri IV lui octroya des lettres de noblesse avec le titre de baron d’Yolet. (Octobre 1593).

Source : Extrait de Cantal-Passion

On trouve à Yolet plusieurs monuments classés. Le premier étant l’église Saint Pierre. On y trouve également le chateau et La Chapelle du Doux, inscrits aux monuments historiques en Août 1992. Ils sont situés au sud-est de Yolet dans le village de …Doux. Le chateau actuellement classé a été construit au milieu du 19ème siècle et fait suite au chateau précédemment détendu par la famille de Sales du Doux. (Ce qui nous intéresse d’ailleurs dans ce billet).

En voici une représentation

Chateau du Doux à Yolet
Chateau du Doux à Yolet
Photo par Jacques Raflin – Source Ministère de la Culture
Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
La démographie

Yolet connaît une démographie en décroissance légère. Avec un point de départ connu par le recensement de 1793 à 740 habitants, elle atteint aujourd’hui le chiffre de 550 (recensement de 2017).
1793 était non seulement le point de départ mais surtout le pic de la population. Depuis Yolet a connu un point bas à 408 habitats au sortir de la guerre en 1946. Après avoir connu une remontée, la population est repartie en décroissance depuis 2006.

Source : Wikipédia

Une anecdote ?

Pas d’anecdote ce jour, car je ne résiste pas à vous donner la recette de la Truffade, j’aime tellement ça 😉…

Recette traditionnelle de la Truffade

Ingrédients :
1.2 Kg de pommes de terre type Belle de Fontenay
600 g de Cantal Entre-deux
2 cuillères à soupe de saindoux
Sel et poivre.

1. Pelez, rincez et coupez les pommes de terre en fines lamelles. Rincez-les à nouveau et essuyez-les dans un torchon.

2. Faites fondre le saindoux dans une cocotte. Ajoutez les pommes de terre et faites-les dorer une dizaine de minutes. Salez et poivrez.

3. Baissez le feu, couvrez la cocotte et laissez cuire jusqu’à ce que les pommes de terre soient fondantes.

4. Découpez le cantal en lamelles et disposez-les sur les pommes de terre. Laissez fondre sur feu doux. Le fromage doit faire des fils.

5. Mélangez et servez accompagné de jambon d’auvergne et d’une belle salade.

Bon appétit !

Source : Mon épouse (Merci 😉)

Yolet et mes ancêtres

Yolet aura donné lieu à très peu d’événement dans ma généalogie. A ce jour j’en recense trois, deux décès et un mariage. Il n’y aura donc pas lieu d’indiquer un arbre d’ascendance pour si peu, d’autant plus que nous n’y trouvons aucun baptême.
Deux patronymes pour trois événements :

  • COSSOUL
  • LABRO
  • SALES / DE SALES

Ces trois événements se sont déroulés il y a fort longtemps en 1679 pour nos deux décès et 1680 pour le mariage. Ce ne sont donc que des événements paroissiaux. Il faut noter que les registres de Yolet démarrent à partir de l’année 1674.

L’église où se sont déroulés la plupart de ces événements est donc certainement cette église Saint-Pierre.

Ci-dessous quelques photos de Yolet, l’église et la mairie extraites de ma collection personnelle.

Qui de nos ancêtres à Yolet ?

Ils sont peu nombreux et intéressants à plus d’un titre.
Nos trois événements de Yolet concernent au final 4 personnes :

Les époux du mariage : Marguerite de SALES et Jean COSSOUL.
Le père de Marguerite de SALES : Jean de SALES décédé à Yolet
La mère de Jean COSSOUL : Anne LABRO également décédée à Yolet.

Il ne vous aura pas échappé que le Patronyme de SALES est aussi celui des propriétaires du chateau du DOUX. En effet Jean de SALES est dénommé Seigneur du DOUX et de l’OURADOU. Voici un premier centre d’intérêt dans ma généalogie car le mot « seigneur » est loin d’être celui qui y figure le plus. 😉 

Autre point qui ajoute du charme à cette ascendance, le flou qui règne autour de la naissance et donc de l’ascendance de Marguerite.

Un mariage

Mais venons tous d’abord au mariage, Marguerite de SALES épouse Jean COSSOUL le 7 juillet 1680 en La Chapelle

Mariage Cossoul x De Sales à Yolet
Acte de Mariage de Jean Cossoul et Marguerite de SALES à Yolet
Sources : Archives départementales du Cantal

Plus précisément qu’à Yolet le mariage a lieu dans La Chapelle de Mgr de Louradou. Ce Monseigneur est donc le père de Marguerite, Jean de SALES.

Marguerite est née certainement à Yolet autour de 1651. Si son ascendance paternelle est claire, car dans l’acte de mariage, elle est bien indiquée « fille à Jean… », aucune mention de sa mère n’est faite.

Nous savons que Jean a été marié au moins deux fois : en 1644 avec Antoinette LUGUET et en 1659 avec Jeanne DE MARTIN. Dans mes notes (et en toute logique au vu de sa date supposée de naissance) Marguerite est indiquée comme fille d’Antoinette LUGUET. Dans ce cas pourquoi n’avoir pas indiqué le nom de la mère dans l’acte de mariage ?

Une autre version circule, Marguerite serait la fille, née hors mariage, de Jean DE SALES et de Marguerite DELSEGUES. Au vu des dates des registres, il n’est pas possible d’en avoir le coeur net. Il faudrait examiner de plus prés les registres notariaux.

Marguerite et Jean auront 6 enfants :

  • Jean né en 1681
  • Charles né en 1683 Charles est notre SOSA 2 222
  • Etienne né en 1686
  • Pierre né en 1689
  • Pierre né en 1691
  • Jeanne née en 1692.
Des décès

Puis Jean décédera en 1703 à Aurillac. Il sera inhumé à Polminhac dans l’église paroissiale « dans le tombeau de Monseigneur de Louraudou« .

Décès Jean Cossoul
Acte de Décès de Jean COSSOUL à Aurillac
Sources Archives départementales du Cantal

Marguerite va lui survivre prés de 18 ans et décédera le 19 Octobre 1721 à Polminhac.

Décès Marguerite de SALES 1721 Polminhac
Acte de décès de Marguerite DE SALES à Polminhac
Source Archives départementales du Cantal

A partir du nobiliaire d’Auvergne, nous pouvons repartir de Jean de SALES et remonter le temps … encore un peu … longtemps … mais ça c’est une autre histoire et ce sera un autre article.

Asavar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.