Généalogie30 : La vie d’Eugène

Genealogie30 : La signature d'Eugene Husson

#Généalogie30 : C’est quoi

Genealogie30 est le généathème proposé par Sophie Boudarel du blog la gazette des ancêtres pour ce mois d’avril 2020.
Il repose sur un challenge de 30 questions permettant de mieux cerner la vie d’un ancêtre. Chacune de ces questions est à creuser au rythme d’une question par jour. Je mettrais les réponses sur Twitter et ce billet en est la compilation finale. Je le publierais cependant dés le premier jour et le compléterais au fil de l’eau.

Pourquoi j’ai choisi Eugène Husson pour cet exercice ?

Honnêtement, pas de raison particulière. Je me suis dit que prendre quelqu’un pas trop loin dans le passé serait plus simple. La piste du sosa numéro 30 est venue assez naturellement puisque, toujours en recherche de mon Sosa 2020, je n’ai pu trouver le sosa 2902. Il me restait possible le SOSA 0430 ou le sosa 3004. Je n’ai pas de 3004 connu tandis que le 430 était réellement peu documenté. J’ai eu peur de partir dans une impasse. Finalement le 30 s’est avéré être l’époux de Marie Louise, l’une des étapes vers mon SOSA 2020. C’est donc mon choix pour ce généalogie30.

Edit du 15/04/2020

Cet article est devenu de plus en plus long au fil des 15 premiers jours, j’y insère donc une table des matières pour atteindre chaque journée.
Il ne contiendra également que la première partie de ce Généalogie30. Je vais faire un autre article pour la deuxième moitié.

Généalogie30 -1 : Naissance / Baptème

En ce jeudi 7 Juillet de l’année 1842, très tot dans la matinée, Elisabeth Victoire, du haut de ses 22 ans, a donné naissance à un bébé, le troisième depuis son mariage avec Armand François.
Ce bébé est le deuxième garçon du couple et il lui est donné le prénom d’Eugène. Il est présenté à Jean-François Charlemagne PARINGAULT, premier adjoint au maire de la ville de Laon en début d’après midi.
La présentation a été faite avec son oncle et son cousin.

L’acte de naissance d’Eugène

L’an mil huit cent quarante deux , le 7 juillet à deux heures de l’aprés midi, par devant nous Jean Francois Charlemagne PARINGAULT premier adjoint au maire et par délégation officier de l’état civil d ela ville de Laon, canton et arrondissement de Laon, département de l’aisne est comparu Armand Francois Husson , Menuisier, domiciliéà Laon, agé de 24 ans, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin , né en sa demeure audit Laon, aujourd’hui à quatre heures du matin, de lui comparant et de Elisabeth Victoire DEMOTIER, son épouse, agée de 22 ans et auquel enfant a été donné le prénom de Eugène.
Les dites déclarations et présentation faites en présence de Eugène Husson, macon agé de 22 ans Oncle paternel de l’enfant et de Joseph Ledoux, Menuisier, agé de 29 ans cousin dudit enfant domicilié en cette ville.
Et les comparants et témoins signé le présent acte, aprés lecture faite.

Acte de Naissance trouvé aux archives départementales de l’Aisne.
généalogie30 : Les signatures de l'acte de naissance
Signatures des père, oncle, cousin et officier d’état civil sur l’acte de naissance

Je n’ai pas d’information sur un éventuel baptême et donc sur les parrains marraines.

Généalogie30 -2 : Mariage… (s)

En ce jour 2 de notre généalogie30, le sujet est le mariage de notre Eugène.
Et bien coup double, notre Eugène a donc eu deux épouses. 🙂

Eugène et Marie Louise

En 1862, il convolera en justes noces avec ma SOSA 31, Marie Louise Dain.
L’acte de mariage, N°35 des registres de Laon nous fournit quelques enseignements.
Le mariage civil a eu lieu le 15 septembre vers 10 heures du matin. Les amoureux furent mariés en l’hotel de ville par le premier adjoint : Alphonse de Sart. Eugène alors Ouvrier Marbrier est âgé de 22 ans quand Marie Louise, Manouvrière, est âgée de 21 ans. Sont présent avec nos deux amoureux :

  • Les parents du marié :
    • Armand François Husson.
    • Elisabeth Victoire Demotier.
  • Les parents de la mariée :
    • François Dain.
    • Françoise Mélanie Laporte.
  • Les témoins du marié :
    • Antoine Norbert Husson son grand père paternel.
    • … Antoine Norbert Husson son oncle paternel.
  • Les témoins de la mariée :
    • Victor Couturier son beau frère.
    • Armand … Husson frère de l’époux.
Tout le monde a signé … sauf la mère de l’épouse qui ne le savait
Source Acte de mariage – Archives de l’Aisne

Helas en 1883, Marie Louise décède et Eugène patiente 17 mois et se remarie avec Mélanie Augustine Victoire Frion.

Eugène et Mélanie

C’est de nouveau à 10 heures du matin que la cérémonie se déroule en ce même Hotel de ville de Laon. Elle sera conduite par Jacques François Glatigny (Chevalier de la légion d’honneur).
Eugène, âgé de 42 ans est désormais surveillant de travaux. Mélanie est, elle, âgée de 36 ans. Si elle est née à Laon elle est domiciliée à Paris Rue Montchanin. (Il me faudra creuser l’histoire de leur rencontre 🙂 ).
La mère d’Eugène est décédée entre les deux mariages et n’est donc pas présente. Tous les autres parents du nouveau couple sont dits consentants … mais non présents.
Toutefois sont présents les témoins des mariés :

  • Gustave Dain Beau frère de l’époux
  • Louis Narcisse Dain Beau frère de l’époux
  • Adolphe Frion Frère de l’épouse
  • Narcisse Julien Frion Frère de l’épouse
Tout le monde a signé …
Source Acte de mariage – Archives de l’Aisne

Ces mariages me donnent matière à creuser plusieurs choses autour des liens entre Dain et Husson. En effet les témoins d’Eugène à son second mariage sont dénommés Dain. Ils sont vraisemblablement les frères de sa première épouse. Sa nouvelle belle-mère, comme indiqué dans l’acte de mariage, porte également le nom de Dain.
Trois Husson sur les 4 témoins dans le premier acte de mariage et beaucoup de Dain dans le second.

Généalogie30 -3 : Déroulement du Mariage (s)

Eugène et Marie Louise

Jeunes tous les deux, 21 et 22 ans Eugène et Marie Louise ont certainement vécu ce jour avec beaucoup d’enthousiasme. Largement entourés par leur famille et témoins, ils ont du traversé Laon dans les deux sens. Il se sont rendus à 10h à l’Hotel de ville dans la ville Haute pour le mariage civil. Ils sont ensuite redescendu vers leur paroisse plus populaire pour le mariage religieux. J’y vois un cortège joyeux et chantant anticipant le repas et la petit fête qui suivra les événements officiels.

Source : Cartes de Cassini
Laon -  Hôtel de ville
Hotel de ville de Laon – Source Généanet

Eugène et Mélanie

C’est cette fois ci un couple plus mature et surement plus réfléchi qui se dirigera vers la ville haute. Plus de cortège, les parents et beaux parents ne se sont pas déplacés. Les témoins proviennent de la belle famille précédente d’Eugène. On sent un mariage plus intime voire de transition. Mélanie vient de Paris et je ne sais pas où ils sont partis ensuite.
Un contrat de mariage a été établi la veille auprès de Maitre Lemaire Notaire de Laon.
J’imagine un mariage peut être uniquement civil, pour un couple qui n’aura pas d’enfants et qui repartira vivre ailleurs.

Beaucoup de suppositions, les actes sont un peu trop concis pour nous permettre de réellement sentir l’ambiance de ces journées.

Généalogie30 -4 : Le décès … (Help)

En ce qui concerne ce sujet, le dossier sera court. Si j’en crois mon logiciel de généalogie, Eugène est actuellement âgé de 177 ans … et potentiellement décédé. Si j’ai peu de doutes sur cette conclusion, la question reste pour l’instant de savoir : Quand, où, quelle déclaration, quelle inhumation ?
Bref l’ensemble des questions auxquelles ce jour 4 doit répondre. 🙂

J4 original – Depuis j’ai trouvé l’acte de décès et je mets à jour l’article en conséquence

Eugène est décédé en 1904, il aura donc connu le changement de siècle. Je ne trouvais nulle part l’acte de décès même Après avoir parcouru en long et en large les tables décennales. Finalement, la J14 et la recherche autour des recensements m’a permis d’avancer.
J’ai pu constater sa disparition du recensement (alors que son épouse était toujours présente) entre 1901 et 1906. Je me suis à nouveau rabattu sur les tables. Et je me suis souvenu que sur le site des archives de l’Aisne, les tables décennales n’étaient pas disponible au delà de 1902.
En balayant ensuite les actes de 1903 puis 1904, j’ai fini par tomber sur cet acte de décès.

Généalogie30 : Acte de décès
Acte de décès Eugène Husson 1904 Laon – Source : Archives de l’Aisne

Le décès a été déclaré par son fils et son gendre. Eugène est décédé en sa maison à Laon, le 18 février 1904 à 18h00.

Généalogie30 -5 : Les informations militaires

… J’aurais du choisir unE ancêtre

Je ne dispose d’aucune information militaire pour Eugène. C’est un des sujets sur lesquels, au cours des différentes recherches, je m’étais peu penché. A part un peu d’indexation autour de memorialgenweb.
Pour les registres matricules, Eugène est né en 1842 et en ajoutant les 20 ans réglementaires on arrive en 1862. Sur le site des archives de l’Aisne, les registres matricules commencent en …1867.
S’il a fait 14-18 ont peur regarder mémoire des hommes. J’ai alors calculé et il aurait eu 72 ans en 1914 donc … impossible.
Marié autour de ces 20 ans pas de mentions non plus dans l’acte de mariage.

J’aurais peut être du choisir une ancêtre plutôt que notre Eugène ?
Mais finalement l’intérêt de ce Genealogie30 est bien de relever tout ce que l’on connait … ou ne connait pas.
Ma todo list vient de s’enrichir.

Généalogie30 -6 : Les informations dans la Presse

C’est encore une source que je n’avais jamais exploitée. J’ai donc mis le nez dans les diverses sources numériques (confinement oblige). Je m’aperçois d’une richesse importante, lorsque le secteur géographique est couvert. J’ai trouvé des Eugène (beaucoup), j’ai trouvé des Husson (beaucoup), j’ai même trouvé des Eugène Husson (quelques uns) mais Mon Eugène ?
A priori, pas de trace. On constate bien que les noms sont peu répartis. Je trouve des Eugène Husson sur Troyes, sur Paris, sur Reims et en Seine et Marne.

J’ai ainsi découvert un jeune Eugène Husson Troyen qui avait les honneurs réguliers de la presse. Honneurs qui résidaient dans la page des procès verbaux de Police.
J’ai aussi découvert un Eugène Husson Parisien pratiquant la Boxe internationale. Mais à ces dates mon Eugène aurait eu 70 ans !
Bref surement une vie calme ou alors Eugène a totalement disparu de la circulation suite à son deuxième mariage.

Même si je n’ai rien trouvé, cette recherche m’a permis de découvrir de nouvelles sources. J’inscrirais cette démarche sur quelques ancêtres. Cela semble, en effet un peu trop lourd pour les y passer tous.

Généalogie30 -7 : Les événements historiques

Né sous la monarchie de Juillet, Eugène a passé sa vie autour de Laon. Une ville qui brilla plus par les guerres que par n’importe quel autre événement dans la période qui nous occupe.
Sur un plan politique, cette période est plutôt intéressante puisque les Gouvernements se sont succédé. Ainsi, Eugène aura successivement vécu sous l’ère de :

  • Monarchie de Juillet (1830-1848)
  • Second république (1848-1852) avec 9 chefs de gouvernements.
  • Second Empire (1852-1870) avec 3 chefs de gouvernements.
  • Troisième république (1870-1940) avec … la bagatelle de 40 gouvernements différents sur la période de notre Eugène.

En 1870, on peut penser qu’Eugène entendit l’explosion de la poudrière de Laon. En effet, le 9 septembre 1870, alors que la ville de Laon est sur le point de capituler, le garde d’artillerie Henriot fait sauter la poudrière de la ville. Nonobstant le bruit que dut faire cette explosion, elle fit malheureusement plusieurs centaines de victimes.

  • Pour ses 10 ans Eugène vit donc le rétablissement de l’empire en 1852
  • Pour ses 20 ans, c’est l’histoire de la Cochinchine française et … la création de la maison Ladurée à Paris 🙂
  • Pour ses 30 ans, il aura peut être suivi le premier essai de l’aérostat à hélice de Dupuy de Lome
  • Pour ses 40 ans, les lois de Jules Ferry sur la laïcité et l’obligation de l’enseignement primaire, l’ouverture de l’école du Louvres.
  • Pour ses 50 ans, l’invention du serpentin pour mardi gras à partir de rouleaux de papier morse et le 1er Championat de France de Rugby à 15.
  • Pour ses 60 ans, la présentation du film le voyage dans la lune de Georges Méliès, et la mort d’Emile Zola.

Eugène, même s’il n’a peut-être pu s’y rendre aura vécu la tenue de 5 expositions universelles à Paris en 1855, 1867, 1878, 1889 et celle de 1900.

Généalogie30 -8 : Que sait-on de son éducation ?

Je dispose de peu d’information sur l’éducation d’Eugène. Un certain nombre d’éléments nous indique toutefois qu’Eugène avait un niveau d’éducation au moins élémentaire. En effet, les premiers actes d’état civil nous montrent qu’Eugène sait signer. Sa signature variera d’ailleurs peu pendant toute sa vie.

Les signatures d’Eugène au fil du temps – sources : Actes d’état civil Archives de l’Aisne.

D’autre part dés son premier mariage on voit qu’Eugène est ouvrier marbrier. Je pense que ce métier nécessitait un minimum de calcul, et surement une forme d’éducation pour réussir les commandes. Si le métier du marbrier consistait à fabriquer cheminées et escaliers, le marbrier devait être formé pour réussir ces travaux.
Au fil de sa vie, Eugène a plusieurs fois changé de métier, montrant ainsi une capacité d’adaptation. Il fallait surement disposer des bases éducatives nécessaires.
On peut ainsi voir qu’il a été :

… Mais ça ce sera pour les épisodes 12 et 13 ! …

Généalogie30 -9 et -10 : Quel était son environnement géographique et s’est il beaucoup déplacé ?

Eugène est né à Laon, s’est marié à Laon (deux fois), a fait ses enfants à Laon et est décédé à Laon.

Carte de Cassini Laon
Laon : Carte de Cassini – Source Geoportail
https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-de-cassini

On peut donc légitimement pensé qu’il s’est fort peu déplacé au cours de sa vie. Toutefois il pourrait y avoir trois raisons provoquant des déplacements.
Commençons par sa jeunesse et sa formation : Eugène était ouvrier Marbrier, nous l’avons vu un peu plus haut. Il aurait pu poursuivre une formation (sans aller jusqu’au compagnonnage) dans une école ou une institution éloignée de Laon. Toutefois pour l’instant je n’en ai aucune trace et il aurait pu aussi faire un apprentissage chez un marbrier Laonnois.

Ensuite Eugène à connu la guerre de 1870, il avait en effet une petite trentaine d’année. Surement a t il été dans l’armée et donc aura voyagé. Mais la encore, je n’en ai aucune trace, il faut que je poursuive ces recherches.

Enfin la troisième piste est beaucoup plus romantique. En effet lorsque Eugène a convolé en secondes noces, son épouse était domiciliée à Paris. Bien que née à Laon, l’acte de mariage et la publication des bans nous laisse penser qu’elle y résidait.
Imaginons que, peu de temps, avant ce mariage, il s’est rendu à Paris pour la rencontrer, pour faire sa demande.

Genealogie30 : Les bans du mariage avec Melanie
Les bans du mariage d’Eugène et Mélanie – Source Acte de Mariage. Archives de l’Aisne
Genealogie30 : L'adresse de Mélanie
Domicile Parisien de Mélanie – Source Acte de Mariage. Archives de l’Aisne

En dehors de ces hypothèses, Eugène aura passé sa vie au cœur de la ville de Laon. Lorsqu’il est né, sa famille résidait dans un quartier nommé « Le rempart du Collège« . Je n’ai pas réussi à le situer dans la ville nouvelle pour l’instant.
Toute sa vie, dés ses 20 ans et son premier mariage, se dérouleront dans le quartier des « Creuttes« . Il existe aujourd’hui encore une rue des Creuttes Saint Vincent à Laon.
Ce quartier était ainsi nommé par allusions aux habitations troglodytes de l’Aisne : Les Creuttes = Les Grottes.

Le Quartier des Creuttes – Source Généanet
Photo publiée sous la licence CC BY-NC-SA 2.0 FR Creative commons

Généalogie30 -11 : Comment se déplaçait il ?

Laon est une ville qui aujourd’hui présente deux facettes, la ville haute et la ville basse. Une grande partie de l’ancienne ville est, comme souvent, située dans la ville haute.
A la naissance d’Eugène, on peut penser qu’on s’y déplaçait majoritairement à pied. Les plus riches bénéficiaient surement de chevaux ou de voitures dites « hippomobile ».
Eugène a connu l’arrivée du vélocipède, qui a commencé à se développer autour de ses 25 ans. Toutefois, on peut penser qu’un simple ouvrier, n’en disposait pas, seuls quelques millers d’exemplaires existaient en France. (Source : Histoire du vélo dans la société Française – Wikipédia)

A cette époque, le déplacement entre ville haute et ville basse de Laon se fait à pied. Un escalier long de plus de 265 marches permettait de relier les deux parties. Il fallait plus de 30 mn et une bonne condition physique pour effectuer ces déplacements.

Une première évolution importante survient durant la vie d’Eugène : L’arrivée du train.
Eugène a 15 ans lors de la mise en fonction de la gare de Laon par la société des chemins de fer du Nord en 1857. La structure de la ville de Laon va peu à peu se transformer. La ville basse, composée essentiellement de villages agricoles va se développer autour de la gare (forcément construite en ville basse).

Dans les années 1860, la mise en place des nouvelles liaisons va accélérer le développement du train à Laon. Je citerais en particulier la liaison vers Paris. J’espère qu’Eugène a pu l’emprunter pour faire l’éventuelle demande en mariage à Mélanie évoquée dans le paragraphe précédent.

Genealogie30 : La gare de Laon
La gare de Laon
Source : Généanet

Le tramway pour prendre en compte la nouvelle structure de la ville.

La ville s’est fortement modifiée au cours des dernières années. La population est mieux répartie entre ville haute et ville basse. Les quelques ruelles étroites et notre escalier ne suffisent plus à assurer un trafic croissant.
En 1898, c’est ainsi plus d’une centaine de chevaux qui assurent le transport voyageurs et marchandises.
En 1880, le premier adjoint du maire de l’époque est un homme politique qui finira au sommet de l’état. Il est né à Aurillac (encore un clin d’œil aux croisements de ma famille). C’est ainsi que Paul Doumer a fait le choix d’un système de chemin de fer à crémaillère.

Plusieurs essais, plus ou moins fructueux vinrent se cumuler avec des hésitations sur le trajet. C’est finalement les 8 et 9 Juillet 1899 que la solution est inaugurée. Il s’agit d’un Tramway électrique et muni d’une crémaillère pour les plus fortes déclivités.
Il relie la gare à la place de la mairie et deviendra fort populaire.

Genealogie30 : Le tramway de Laon
Le Tramway électrique de Laon – Source Généanet
Photo publiée sous la licence CC BY-NC-SA 2.0 FR Creative commons

Si Eugène ne l’aura pas connu longtemps avant son décès, je pense qu’il l’aura quand même pris quelques fois. Avançant en âge, l’escalier et sa demi-heure « d’escalade » sont surement devenus de moins en moins approprié pour lui.
Pour plus d’information sur le tramway, je me suis inspiré des informations du site des archives départementales de l’Aisne.

Généalogie30 -12 : Quel était son premier métier ?

Dés son mariage, Eugène est indiqué comme exerçant le métier d’ouvrier Marbrier. Si on pense immédiatement au funéraire, le marbrier pouvait également exercer une activité artistique, de sculpture ou de décoration.
D’ailleurs, aujourd’hui en ce qui concerne le funéraire, les marbriers travaillent principalement le granit. Il est beaucoup plus résistant aux conditions extérieures que le marbre.

Les marbriers de l’Aisne, ne sont pas spécialement connus (ou je n’ai rien trouvé). Il existe un Husson marbrier célèbre, en la personne d’Honoré Husson. Il a produit une statue qui est présente dans les jardins du Luxembourg à Paris. Ayant vécu de 1803 à 1864 à Paris, il ne peut être attaché à notre Eugène.

Il est à craindre que le métier d’Eugène, réside principalement dans la partie extraction, découpe et polissage. Son quartier de Laon ne figure pas parmi les plus riches. Il a changé ensuite plusieurs fois de métiers, je pense qu’Eugène exerçait plus un métier d’extracteur et/ou de tailleur.

Je n’ai pas trouvé de carrières de marbre dans la région de Laon. Les pierres des Ardennes étaient plus connues et en particulier celles de la Wallonie sans toutefois concurrencer les marbres d’Italie.
Toutefois au 19ème siècle le marbre désigne une pierre calcaire très dure, difficile à tailler et polissable. C’est peut être une définition plus large que le marbre que nous connaissons aujourd’hui.

Eugène a connu une assez longue carrière comme ouvrier marbrier. Dés 1862 et son mariage avec Marie Louise, il apparaît ouvrier Marbrier. Une dénomination qui s’applique toujours lors du recensement de 1886 soit 24 ans plus tard.
Elle ne s’appliquera plus lors de celui de 1891. On peut penser qu’usé par ce métier très dur, il a du épouser un autre métier. Il avait passé plus de 25 ans à trimer sur la pierre.

Généalogie30 -13 : Quels étaient ses autres métiers ?

Variations autour de la marbrerie

Après plus de 20 ans marbrier, Eugène a changé de métier plusieurs fois pendant la deuxième partie de sa vie.
Il y a cependant une première variation, qui exprime certainement une forme de promotion dans sa carrière. S’il est ouvrier marbrier lors de son premier mariage, lors du recensement de 1881 on le voit employé.
Lors de son second mariage en 1884, il est surveillant de travaux et au recensement de 1886 redevient marbrier. Je suppose qu’il a eu une promotion au sein d’une entreprise de travaux en Marbrerie.

1890 Eugène quitte la marbrerie ?

Je n’ai ni date précise ni raison pour l’abandon du métier de marbrier. Toujours est il qu’en 1891, il ne l’est plus. Est ce la dernière dizaine du siècle qui l’a poussé au changement ? Sa santé qui ne lui permettait plus d’exercer un métier surement dur ? ou tout simplement une raison économique qui lui a fait perdre son emploi ?
Mes recherches ne m’ont, à ce jour, pas permis de le savoir.

Le garde champêtre

En 1891, lors du recensement apparaît un nouveau métier pour Eugèn. Il est alors garde champêtre.
Garde Champêtre : ce métier a été créé pendant la révolution. Il est ensuite inscrit dans la durée par Napoléon pour valoriser ses anciens soldats, majoritairement issus de la ruralité. Il leur fournit ainsi un emploi rémunéré et assure une forme de stabilité des campagnes.
Au 19éme siècle, le garde champêtre est en lien avec les autorités, de la gendarmerie au préfet. Portant le képi, il est souvent armé et est habilité à constater les infractions et à rédiger les procès verbaux.
Ce métier nous permet donc de compléter notre J8 sur son éducation. Au-delà de la signature, il lui fallait forcément savoir écrire pour exercer cette fonction

Généalogie30 Controle de pêche par le garde champêtre
Contrôle de pêche par le garde champêtre
Source : Wikipédia
Cultivateur

Lors du recensement de 1901, deux nouvelles notions viennent enrichir la carrière d’Eugène.
ll est ainsi qualifié de Cultivateur avec un commentaire indiquant Patron. Est ce que cet addendum signifie qu’Eugène a fait l’acquisition de terres qu’il cultive pour son propre bénéfice ?
Je ne le sais pas pour l’instant.

Son acte de décès indique comme métier Propriétaire, venant ainsi renforcer cette hypothèse. A moins qu’il ne soit simplement propriétaire que de son logement.

Je sais que lors de la J4 j’avais indiqué ne pas connaitre son décès. Teasing, les recherches pour ce Généalogie30 m’ont aidé et j’ai fini par le trouver, mais il vous faudra encore patienter.

Généalogie30 -14 : Comment apparaît-il dans les recensements ?

La période enfant

L’année précédent la naissance d’Eugène, sa famille est bien présente dans le recensement de 1841 à Laon. Ils sont recensés aux « Rempars du Collège » .
N’étant pas encore né, Eugène n’y figure pas

Généalogie30 : Recensement 1841
Extrait Recensement de Laon 1841
Source Archives départementales de l’Aisne

Pour le premier recensement après sa naissance, celui de 1846, la famille a disparu. Il est bien sur possible que le registre ait des pages manquantes. Toujours est il que la lecture des 160 pages n’a pas révélé la présence du foyer d’Armand Husson où le petit Eugène aurait du apparaitre.

Lors du recensement de 1851, on retrouve cette fois la famille agrandie, dans le quartier des Creuttes, à l’emplacement 6. Eugène est bien présent avec Armand et Victoire ses parents. Il est âgé de 8 ans.
Sont également présent ses frères et sœurs : Louis, Elisabeth et Célina.
Nous pouvons noter qu’Elisabeth a le même age que son frère Eugène : 8 ans.

Généalogie30 Recensement 1851
Extrait Recensement de Laon 1851 – Source Archives départementales de l’Aisne

En 1856, la famille, toujours présente, s’est agrandie. Après Célina, Eugène a une nouvelle petite soeur Louise (4 ans) et un petit frère Victor (2 ans). Il semble que la famille se soit déplacée du 6 au 14.

Généalogie30 : Extrait 1 du recensement 1856
Extrait Recensement de Laon 1856 – Source Archives départementales de l’Aisne
Généalogie30 : Extrait 2 du recensement 1856
Extrait Recensement de Laon 1856 – Source Archives départementales de l’Aisne

En 1867, la famille est toujours la, dans le même quartier. Le numéro n’est cette fois pas indiqué.
Toutefois deux différences notables apparaissent, Elisabeth n’est plus présente (est elle mariée ?) et Eugène est désormais appelé Eugène Arsène. Ce deuxième prénom ne figure pas sur son acte de naissance ni dans les recensement précédents.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1861
Extrait Recensement de Laon 1861 – Source Archives départementales de l’Aisne

La vie adulte

Dès 1866 nous voyons apparaître plusieurs changements importants pour Eugène. Il est recensé, non plus avec ses parents, mais comme un foyer à part entière. Il est indiqué marié avec son épouse juste en dessous et son métier de Marbrier figure également. Deux enfants sont également présents, Eugénie et Eugène Alfred. Le foyer est toujours recensé dans le quartier des Creuttes mais cette fois au numéro 5.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1866
Extrait Recensement de Laon 1866 – Source Archives départementales de l’Aisne

Deux changements pour 1872, son épouse Marie Louise est indiquée Manouvrière et, malheureusement le petit Eugène Alfred n’y figure plus étant décédé.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1872
Extrait Recensement de Laon 1872 – Source Archives départementales de l’Aisne

En 1876, la famille semble s’être déplacée au numéro 3 et un nouveau petit Eugène a fait son apparition, Eugène Louis.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1876
Extrait Recensement de Laon 1876 – Source Archives départementales de l’Aisne

Je ne relève aucun changement notable en 1881. Par contre en 1886, Marie Louise, décédée, est remplacée par Mélanie et Eugénie (mariée) ne figure plus non plus.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1886
Extrait Recensement de Laon 1886 – Source Archives départementales de l’Aisne

En 1891, Eugène Louis (le Fils) est devenu serrurier, et Eugène père est devenu Garde Champêtre.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1891
Extrait Recensement de Laon 1891 – Source Archives départementales de l’Aisne

En 1896, Eugène le Fils s’est marié et apparaît juste devant le foyer de son père (au numéro 10). En 1901, notre Eugène est devenu Cultivateur et Patron et Mélanie Ménagère.

Généalogie30 : Extrait du recensement 1901
Extrait Recensement de Laon 1901- Source Archives départementales de l’Aisne

Enfin en 1906 … Eugène ne figure plus sur le recensement, il est décédé. Mélanie est cette fois attachée au foyer de son beau-fils Eugène Louis, elle y figure comme cousine ! En 1911, elle sera alors indiquée comme Belle-Mère.

Pour une première utilisation des recensements, je n’ai pas été déçu.
Simple car je retrouve Eugène, dans tous les recensements en dehors du mystère 1846.
Efficace puisque, vous l’avez compris, ces recensements m’ont permis de trouver l’acte de décès d’Eugène en 1904.
Je trouve qu’on décrypte plutôt de manière intéressante également, l’histoire quand on arrive à suivre les mouvements dans la durée.

Généalogie30 -15 : Quel était le parler de sa région ?

« Quoè qu’ch’est qu’éch picard ? Un dialèc, un patoés, éne langue, du français qu’i sroét in cronque pi un tchot molé boéyu ? Un paroli qu’i n’y-éroét qu’chés gins d’soéssante ans passès pour leu dviser aveuc ? Adon, chés générations, l’éne apreu l’eute, is leu dviseroé’t à leu mode …»
« …Quoé qu’ch’estqu’éne langue déjo ?… »

Pierre GUILGOT Maristér

« C’est quoi déjà le Picard ? Un dialecte, un patois, une langue, du Français mal parlé et un peu vulgaire ? Un langage utilisé par les personnes de plus de 60 ans ? Ainsi chaque génération aurait son mode d’expression … »
« … C’est quoi déjà une langue ? … »

Pierre GUILGOT Enseignant

Et bien ce sera plutôt court, car je ne souhaite pas refaire l’histoire de la langue d’OC et de la langue d’Oïl. Nous partirions trop loin avec un nouveau roman fleuve.
Sachant toutefois que la langue d’Oïl s’est découpée en plusieurs influences tandis que le « Français » s’imposait. On y a trouvé le Picard, le Chtimi, le wallon, le champenois, l’Orléanais et bien d’autres.
On peut le voir sur la carte ci-dessous extraite de l’article wikipédia consacré au Picard.

Généalogie30 : La Langue d'oil
Aire d’extension de la langue d’Oïl – Source wikipédia

Le seul petit problème de cette carte, c’est qu’il semble que l’Orléanais, le Champenois et le Picard se recouvrent en un point unique.
Un point unique qui approximativement tombe à Laon !
Avec un petit coup de chauvinisme régional, j’affirmerais quand même qu’Eugène et sa famille parlaient le Français avec des passages en patois Picard Laonnois.

Retrouvez la suite de ce Généalogie30 dans cet article.

Asavar

Un commentaire

  1. Quelle chance d’avoir les recensements pour Laon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.